16 novembre 2009

la zoothérapie et ses bienfaits

Qu’est ce que la zoothérapie « médiation animal »

La zoothérapie fait appel aux bienfaits que les animaux procurent aux humains. Elle prend plusieurs formes, comme le fait de posséder un animal domestique à la maison ou l’utilisation d’un animal à des fins thérapeutiques.

A la fin des années 1950, le psychologue BORIS LEVINSON fut l’un des premiers à utiliser l’animal comme complément thérapeutique dans le cadre de ses consultations. C’est par un pur hasard qu’il découvrit l’impact spectaculaire qu’a eu son chien sur un jeune patient autisme emmuré dans un mutisme et qui, à la vue du chien, s’exclama. En reconnaissant au chien un rôle de catalyseur social, BORIS LEVINSON a pu constater ses effets thérapeutiques

Chez de bon nombre de personnes particulièrement  vulnérables, telles que les personnes âgées, en deuil ou en perte d’autonomie. L’animale sert alors de soutien affectif pour les gens ayant un réseau social limité.

La présence de l’animale favorise la stimulation physique et sensorielle. Nous connaissons tous l’importance  du toucher ; en ce sens, le fait de flatter un animal contribue à diminuer le rythme cardiaque et la pression artérielle, ce qui démontre son aspect apaisant. Le contact avec un animal facilite les contacts sociaux et éveille la spontanéité ainsi que la joie de vivre, souvent profondément  enfouies.

De nos jours, la zoothérapie, qu’elle soit encadrée par des spécialistes ou simplement récréative, prend de plus en plus d’ampleur dans les institutions et elle s’élargit à une  vaste clientèle aux problématiques divisées tant sur les plans physique et psychologique que sur le plan cognitif. Parmi ceux qui bénéficient de cette approche, on trouve les personnes âgées, les handicapés physique te intellectuels, les personnes  présentant des problèmes d’apprentissage, de comportement et de santé mentale. On a également constaté les bienfaits des animaux  sur les personnes atteintes de maladie neurologiques dégénératives comme l’Alzheimer, et toute forme de maladies, comme le cancer.

« C’est une activité qui exerce sous forme individuelle ou en groupe à l’aide d’un animal familier, soigneusement sélectionné et entrainé, introduit par un intervenant qualifié dans l’environnement immédiat d’une personne chez qui l’on recherche  à susciter des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif »

L’animal est un outil thérapeutique puisqu’il facilite le contact avec l’intervenat.il est une source de réconfort et de stimulation sensorielle qui ramène la personne à un état d’authenticité.

LES    BIENFAITS    DE     LA   ZOOTHERAPIE

L’estime de soi, stimulation des sens, de la mémoire, des facteurs d’activités physiques et relationnelles, amélioration de la qualité de vie, augmentations de support de communication

*    LA    THERAPIE ASSISTEE  PAR  ANIMAL. (t-a-a)

C’est en réalité un ensemble de méthode des complémentaire aux pratiques traditionnelles intermédiaires entre les professionnels et les patients.

L’animal établit un contact privilégié parfois par sa seule présence, souvent la ou la relation donne des résultats peu satisfaisants, ont a couramment peu constatez que des patient atteints de maladie de parkinson, Alzheimer et souffrant de blocage momentanés de membre inférieur pouvait retrouver l’utilisation de ses jambes.

*    ANIMATION   ASSISTEES  PAR   ANIMALE. (a-a-a)

                

Cette thérapie est surtout utilisée pour les personnes âgées, ont rencontre fréquemment dans certains institut des bénévoles qui ont surnommé chien visiteur, sa a pour objectif le jeu la détente, la relaxation le bien être.

Il n’y a aucune recherche thérapeutique, aucune analyse, aucun objectif ce moment de détente avec l’animal est la plupart du temps pratiquée par des bénévole.

Les objectifs du programme.

*    Augmenter la confiance et l’estime de soi.

*    Etablir de bonnes relations interpersonnelles

*    Briser l’isolement

*    Développer des connaissances et des compétences

*    Offrir sa contribution à la société

L’impacte des animaux sur la vie des personnes âgées.

La solitude fait partie intégrante de la réalité de plusieurs personnes âgées. Souvent  confrontées à plusieurs pertes, elles voient leur univers se rétrécir, ce qui leur occasionner des symptômes dépressives sur le plan social développement un sentiment d’inutilité qui les amène à se renfermer sur elles même. 

Les personnes âgées vivant en institut.

Les personnes âgées  vivant en institution connaissent généralement une réalité beaucoup plus sombre que celles qui n’y vivent pas. Celles-là sont plus souvent susceptibles de souffrir de dépression que les personnes autonomes vivantes à domicile. Les activités régulière en zoothérapie en institution atténuent alors le sentiment d’isolement et stimule les sens. L’animal sert également de faciliteur social puisque sa présence  favorise le contacte sociaux.

« Le grand pouvoir catalyseur social de l’animal fait en sorte qu’il devient le médiateur à l’établissement d’une relation entre intervenant et résident. Par le biais de l’animal, on constate aussi que ce dernier initie des gestes, des conversations, se montre plus réceptif et ouvert à des échanges. Autrefois passif, il prend maintenant une part active dans son bien être personnel, sa qualité de vie  et son intégration sociale, et ce, bien souvent à son insu. »

Mais ont constate également que les personnes vivant a domicile ont aussi tendance  à se renfermer sur elle-même, les familles, les amis, et les différents occupations font que le renferment s’intègre a leur vie. C’est pour cela qu’aujourd’hui les séances de zoothérapie se font également à domicile. Pour rompe l’isolement, mais également pour des rééducations de motricité (rééducation a la marche……….).

La zoothérapie auprès des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

La  thérapie assistée par l’animal peut contribuer à améliorer la qualité de vie des patients et alléger la tache du personnel soignant. La présence d’un chien régulière a un effet calmant, ce qui diminue l’irritabilité. L’animal favorise un comportement social positif qui se manifeste par des rires et un échange de  regards. Le patient, en s’occupant de l’animal plonge dans son répertoire  de comportements acquis de longue date comme brosser, caresse et nourrir, ce qui lui procure un sentiment valorisation et favorise des réminiscences.

LA MALADIE DE PARKINSON

La disparition progressive de ces cellules entraine une Cette maladie touche différent personnes que se soit des hommes ou des femmes  elle débute le plus souvent prés de 40 ans mais parfois plus tôt, les première signe apparaissent entre 50et 70 ans  il y a environ 50 000personnes atteintes.

La maladie de parkinson est une maladie neurologique caractérisée par la dégénérescence d’une multitude de cellules nerveuses dite neurones située dans le locus-Niger ou substance noire, c’est une structure mesurant quelques millimètres et située en bas du cerveau

Cette maladie est caractérisée par la disparition prématurée, lente et progressive d’un certain nombre de neurones des noyaux gris centraux.

Diminution de la sécrétion de la dopamine, cette diminution est responsable de l’apparition des signes cliniques typiques de la maladie qui sont selon les cas :

*    la dépression a l’anxiété

*    trouble du sommeil

*    difficulté d’avaler

*    une écriture incertaine en raison de la perte de dextérité

*    une voix chevrotante, sans expression et une grande difficulté a articulé

*    difficulté à contenir la salive (la personne bave)

*    une incontinence et une constipation résultant d’un mauvais fonctionnement des instincts et de la vessie

*    de la confusion, des pertes mémoires et d’autres désordres mentaux assez importants des changements de positions malaises

*    des difficultés à sortir de leurs lits ou d’un fauteuil

On ne peu pas  guérir cette maladie mais quelque fois grâce a une activité physique, comme marche auprès d’un animale (balade en laisse) une pratique articulaire est essentielle pour maintenir la mobilité, flexibilité des membres, des jeux d’équilibre avec les différents  animaux

L’impact des animaux sur les problèmes de santé physique.

Ont reconnait les effets bénéfiques des animaux domestiques sur la santé des humains. Caresse un animal contribue à réduire le stress, ce qui a pour effet de baisser la pression artérielle et le rythme cardiaque. Les propriétaires d’animaux ont un taux de cholestérol plus bas, consulte plus rarement leur médecin et consomment moins de médicaments. Et si ceux-ci souffrent de maladies cardiaques ? Ils ont un taux de survie plus élevé.

Les animaux, en plus de favoriser une meilleure santé physique et mentale, contribuent par leur présence à accélérer le processus de guérison.

Les animaux et les patients en phase terminale.

Le passage vers la mort est souvent accompagné d’angoisse et de peurs. Les proches ne sont pas toujours aptes à accompagner le malade dans cette dernière phase de sa vie, étant eux-mêmes confrontés à leurs propres peurs. Et, de son coté, la personne mourante, en voulant protéger les siens, ne donne pas toujours libre recours à ses émotions.

« Des études empiriques ont montré que les animaux ont aidé des malades à faire face à l’anxiété, à la tristesse ou à la douleur, et en faisant pas obstacle  à l’expression des émotions des patients, comme le font parfois les personnes porteuse de leurs nombreuse angoisses.il semble que les animaux soient efficaces, en aidant le patient à gérer son anxiété et son désespoirs et à retrouver  un peu de bien être . Les animaux restent présents, ils acceptent le patient tel qu’il est, physiquement et psychologiquement. Ils restent attentifs aux besoins émotionnels du malade, qui peut ainsi en tirer un bénéfice ».

EN   CONCLUSION.

La  zoothérapie est considérée comme un complément non négligeable auprès des différentes structures qui nous entoure que se soit auprès des personnes âgées, handicapée physique ou mental, mais également les enfants en difficultés.

L’animal possède des qualités indéniables, son utilisation dans des activités structurée permet des réalisations, d’expériences très positives et enrichissantes.

L’intervenant en zoothérapie doit donc travaillée en collaboration avec le personnel soignent ou éducatif pour planifier au mieux le programme de zoothérapie et de le mener cela à bon terme

Les objectifs du programme.

La relation entre les enfants et les animaux.

De toute évidence, il existe une affinité naturellement  entre l’enfant et l’animal. Ce dernier contribue grandement au développement de l’enfant, qui construit son image très tôt, puisqu’il est confronté au jugement des autres, tant à l’école qu’a la maison. L’enfant apprécie donc de retrouver chez l’animal un amour inconditionnel. Il se sent accepté tel qu’il est, sans avoir à approuver sa compétence.

Dés son plus jeune âge, l’enfant est mis en contact avec le monde animal, en commençant par une peluche, qui lui sert souvent d’objet transitionnel, ayant comme fonction de l’aider à vaincre l’anxiété de séparation en l’absence de sa mère.

Lorsqu’un animal entre dans la vie de l’enfant, il devient un objet de curiosité qui le détourne de sa relation fusionnelle avec ses parents. L’animal devint un autre objet d’attachement. » Sa chaude fourrure apaise, sa compagnie rassure, comme la présence maternelle autrefois. Tout au long de la vie, d’ailleurs, l’animal demeura ce havre auprès duquel se consoler quand la tristesse ou les frustrations nous pèseront sur le cœur. »

L’enfant se sent a l’écouté et compris. L’animal le sécurise et favorise l’expression de ses sentiments, et  c’est pour cette raison que l’animal devient un confident, surtout pour les enfants renfermés.

« L’animal peut aussi faire fonction d’objet substitutif lorsque l’environnement humain est défaillant. Lorsque l’enfant éprouve un manque affectif important, qu’il se sent seul et a besoin d’une présence, il va chercher chez l’animal une compréhension de ce dont il est privé «

Les animaux et le sens des responsabilités.

L’enfant, en s’occupant de son animal, développe son sens des responsabilités et se sent valorisé puisqu’il se rend utile. « Ont estiment  que l’amitié qu’un enfant porte à l’animal lui permet d’évoluer affectivement, d’étendre à autrui l’amour qu’il éprouve pour ses parents.IL lui permet de donner libre cours à son instinct de protection .Prendre soin d’un animal enseigne la responsabilité. »

                   *Ont attribue cinq rôle a l’animal auprès de l’enfant :

1)  Un compagnon de jeu

2) Un interlocuteur à sa mesure

3) Un ami capable de satisfaire son immense besoin affectif ;

4) Un précieux  exutoire à la colère

5) Un médiateur pour  l’apprentissage de la séparation définitive

La  zoothérapie  auprès  d’enfants  en milieu  scolaire

L’animal est un outil pédagogique qui favorise l’apprentissage et améliore la dynamique de groupe.IL apprend aux enfants le sens du partage et de ses responsabilités. Il est également une source de valorisation et d’estime de soi, surtout pour les enfants souffrant des problèmes affectifs.

L’équipe de médiation animale intervient  en milieu scolaire auprès d’enfants ayant des problèmes de comportement et d’apprentissage.la zoothérapie éducative s’intègre au contenu pédagogique, mais elle se situe au delà des connaissances. On met beaucoup l’accent sur le comportement en travaillant les objectifs suivants :

   

*Développer des habilités sociales et le travail en équipe.

*Favorise l’écoute et améliorer la concentration.

*Encourager l’expression des enfants sur le plan affectif.

* Etendre les acquis au quotidien.

Les élèves sont plongés dans la thématique animale puisqu’elle est intégrée au contenu pédagogique. Les enfants apprennent à connaitre le monde animal à travers  des recherches  et des travaux.

Cette approche facilite aussi le contact des enseignants avec leurs élèves. «  L’animal devient donc un prétexte pour l’apprentissage de notions académiques telles l’enrichissement  du vocabulaire, la physiologie, la reproduction  et la protection de l’environnement. Tout au long du projet les enfants seront invités au travail de coopération avec les paires et au respect de  l’autre.

Puis une fois par semaine l’intervenant en zoothérapie apprennent aux enfants à prendre soin d’un chien en leur enseignant des techniques d’entrainement, la façon dont l’enfant se comporte avec les animaux nous donne beaucoup d’informations sur lui mémé  et sur sa capacité d’interagir avec les autres. En ayant certaines pistes, l’intervenant peut alors cibler son intervention. Le chien devient le miroir du comportement de l’enfant.

La  prévention  des morsures.

La peur des morsures explique souvent pourquoi les parents vont éloigner leurs enfants des animaux, les empêchant ainsi de profiter pleinement des bienfaits que ceux-ci peuvent avoir sur leur développement. Or, il est possible de prévenir les morsures.

Certains enfants sont peu conscients du danger qu’ils courent en abordant spontanément un chien inconnu, sans que celui-ci ait eu le temps de se familiariser avec eux. Certains chiens sont moins sociables que d’autres et demandent à être apprivoisés davantage. C’est pour cette raison que les professionnel en zoothérapie à développer un programme qui vise à sensibiliser les enfants de on niveau préscolaire et primaire aux bonnes façons d’aborder un chien

*objectifs visés

      -Apprendre aux enfants à interpréter certaines postures qui traduisent les intentions du chien

      -Apprendre aux enfants à approche un chien de façon sécuritaire

     - Apprendre aux enfants à adopter des positions de protection en présence d’un chien  menaçant.

La  maltraitance.

La maltraitance n’est pas un phénomène récent, même si, au jour d’aujourd’hui ont en parle de plus en plus. 

On rencontre différentes  formes de maltraitance :

1)  Les violences  physiques

2)  Les violences  sexuelles

3)  Les violences psychologiques

Pourquoi choisir l’animal comme médiateur ?

L’animal n’est pas une panacée mais un moyen de communication parmi d’autres, parfois excellent, pour entrer en communication avec les enfants. Ceci est particulièrement  intéressant d’un point de vue pédagogique pour des enfants en difficultés émotionnelles  importantes. L’enfant peut découvrir par l’animal sa propre humanité. La responsabilité de l’homme face aux animaux s’intègre dans la vaste notion du respect de la vie.

*L’animal familier apporte un soutien affectif à l’enfant

L’enfant violent est un enfant qui souffre,  souvent en manque affectif. Dans sa relation avec l’animal, l’enfant n’est pas jugé, il est aimé tel qu’il est.

*L’animal stimule l’enfant dans son envie de communiquer

*la relation tactile avec les animaux est importante dans le domaine de la communication et de l’affection 

*l’animal favorise le développement du sentiment de responsabilité chez l’enfant

*l’animal, par sa fidélité rassure

L’animal permet la confiance, parce qu’il donne sa confiance. Les enfants comme les adultes ne demandent pas qu’on les écoute par devoir ou par règle morale, mais que l’on désire les écouter.

*L’animal  apprend à l’enfant  à être à l’écoute 

L’enfant ne comprend-il pas le mouvement de pattes du chien presser de sorti se promener ?

*L’animal  permet à l’enfant rebelle l’apprentissage du refus assumé et de la patience.

Un refus d’obéissance ou d’attention essuyé de la part de leur animal favori n’est pas ressenti comme totalement destructeur mais au contraire intégré parmi les événements qui constituent l’expérience quotidienne permettant le progrès dans l’existence 

*l’animal «  fil conducteur «

L’animal favorise le développement des relations entre les individus, comme intermédiaire avec la famille, entre les jeunes eux même, avec les éducateurs etc ………

Les enfants hyperactifs.

Le principal objectif de ce programme est de généraliser les acquis socio affectifs des enfants de sorte qu’ils puissent reproduire les mêmes comportements dans les autres sphères de  leur vie. L’intégration des animaux  visait à amener  l’enfant à reste centré sur une tache en diminuant ses comportements impulsifs et en l’encourageant à verbaliser ses sentiments.

Les enfants doivent suivre deux consignes :

*    Parler doucement aux animaux

*    Le respect

Il s’agit d’éviter d’avoir des propos dévalorisants, tant envers les animaux qu’envers les humains. Cela a pour but de d’amener les enfants  à contrôler

Leur impulsivité, tant dans leurs parole que dans leur actes. La douceur et le respect leur permettaient de mieux se concentrer sur l’animal et d’être conscients de l’impact de leur interaction avec celui-ci.

La zoothérapie auprès d’enfants atteints de maladie grave.

Toute personne qui doit être hospitalisée vit un stress plus ou moins important selon la gravité de son cas et la durée de son cas  et la durée de son hospitalisation. On peu imaginer ce que vit un enfant atteint d’une maladie grave  qui doit passer des mois a subir des traitements douloureux, au lieu de s’amuser avec ses camarade d’école .Certains enfants, face a leur souffrance et devant la peur de l’inconnu, vont se renfermer sur eux même et progressivement perde toute joie de vivre . Étant privés de stimulation extérieure, ils perdent leur spontanéité et de leur vie d’enfant. La présence d’un chien peut réactiver cet élan vital.

Pour ce cas les chien doivent avoir différente qualité comme

*    Absence d’agressivité

*    Interaction avec les enfants

*    gout du jeu

*    Manipulation

*    Capacité d’affection

*    sensibilité aux bruits

*    Capacité de calme prolongé

*    Attitude face à une situation inattendue

*    Absence d’anxiété de séparation

*    Obéissance selon l’âge du chien

Un vétérinaire leur fait subir des examens de santé très rigoureux. Le vétérinaire responsable du protocole (clinique des pins) procède à un examen médical général afin de détecter des maladies transmissibles aux humains

Les chiens choisis doivent avoir une hygiène impeccable (entretient des dents et du pelage, preuves de vaccination) et sont évaluer régulièrement dans leur comportement.

La zoothérapie auprès des patients présentant des troubles envahissants du développement.

I l est maintenant reconnu que les animaux ont un impact thérapeutique sur les patients souffrant de problèmes psychiatriques.il est parfois plus facile pour ceux-ci d’établir un contact avec un animal qu’avec un humain, comme c’est le cas de certains autistes. Ils se sentent moins menacés par une relation non verbale.

L’autisme se caractérise par une coupure totale ou partielle avec le monde extérieur, se manifestant par un repli sur soi, une absence du langage, une grande difficulté à communiquer et à s’adapter aux changements.

«  Dans tous les cas, l’animal, par sa présence, permet au patient de se projeter ses émotions et se libère ses angoisses. Chez l’autisme, l’intérêt suscité par l’animal parait ainsi influencer son comportement de façons positive en lui évitant les geste répétitifs et en privilégiant les jeux sociaux.

Objectif thérapeutiques visés par ce programme.

*    Stimuler le contact visuel et tactile

*    Etablir une relation de confiance dans une atmosphère de bien- être

*    Apprivoiser les peur et les angoisses

*    Développer la communication et le langage 

*    Favoriser  la communication entre les parents et les enfants

Cette méthode concerne également les autres pathologies comme trisomique……

L a zoothérapie auprès des détenues.

Les  programmes de zoothérapie en milieu carcéral.

Ont  a peu remarqué que la présence des animaux avait un impact particulièrement positif auprès de ceux-ci.

Les activités se déroulent tant à l’intérieur qu’a l’extérieur les détenus plus actifs vont préfère lance la balle au chien, courir avec lui, certains vont même a se rouler par terre avec l’animal. Ils peuvent donc se défouler tout en partageant leur plaisir avec un animal. D’autres vont préfère les autres animaux plus petit, plus calme …..

Posté par mediation_animal à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur la zoothérapie et ses bienfaits

Poster un commentaire